Des hauteurs de la Provence s'envolent pensées et créations d'aujourd'hui

samedi 27 juillet 2013

"L'autra armada" de Claudio Salvagnio

Tous les poètes de langue d'Oc que j'ai présentés jusqu'à ce jour se situaient sur le territoire français. Pourtant l'occitan se parle au delà de nos frontières, en Espagne et en Italie. Nous en avons le témoignage avec Claudio Salvagno qui vit à Bernezzo près de Cuneo et développe une œuvre poétique qui ne cesse avec les années de s'étoffer. La revue OC, les éditions Jorn ont déjà publié ses poèmes. Il figure dans l'anthologie Camins dubèrts de Jean Eygun dont j'ai rendu compte il y a peu. Il y a deux ans Claudio Salvagno était l'invité du festival Voix Vives de Sète. Il m'avait à cette occasion offert son recueil L'autra armada qui contenait en version trilinge (français, italien, occitan) un long poème intitulé Tal dédié à une poète israélienne que l'auteur avait eu l'occasion de rencontrer quelques années plus tôt à Lodève. Il y a peu Claudio Salvagno m'a fait parvenir son dernier livre qui reprend le même titre L'autra armada mais contient de nouveaux textes comme Lo cotel de Tbilisi, Après la tuba, Clars bas auxquels s'ajoute une étude sur l'auteur par Giovanni Tesio. Cette fois l'ouvrage est en italien et en occitan. Pour en avoir un avant-goût voici un extrait du long poème dédié à Tal dont j'ai choisi la version en français et en occitan.


Tal,
je suis sûr que la lumière, le vent muet
qui me regarde du haut de ce matin
pendant que je traverse la première neige
e me tombe dans la vie
c’est le même matin qui en soufflant lève la poussière
et s’enfile dans tes cheveux pendant que tu marches dans l’emboutillage
sous le regard des pères perdus long les murs
où les adolescents ne seront jamais à l’abrit des désirs de revanche.

Quatre automnes sont passés Tal
et une haleine qui fatigue les arbres et fait pourrir l’herbe
est montée ici
ici où la glace donne l’eau pour tous.
Le temps inutile est arrivé
Le temps du choléra

Non, je ne nous vois pas dressés comme des gardes
à faire barrière, à faire rempart en attendant
qu'arrive un nouvel ennemi. Pas davantage
je ne nous vois courbés
sous le doigt de quelqu'un qui nous fasse épeler
comme des écoliers débutants et qui nous aide à tracer des limites
sur un papier déjà trop petit, trop gribouillé,
un maître qui nous apprenne autre chose
qui ne soit pas la ligne de séparation qui court
entre la langue et le coeur.
Non, nous sommes le hurlement bleu du nuage lion
nous sommes le tigre qui court dans la conjugaison du torrent
nous sommes le balbutiement sombre du feuillage
l'illusion du vent d'avril.

Nous sommes les molènes, nous sommes les asphodèles
dans les clairières de la forêt.

Ce matin tes lèvres lointaines
l'éclair de tes yeux qui aussitôt s'éteint
et laisse s'évanouir ton visage dans l'ombre
viennent me chercher
dans cette maison étrangère
qu'aucun souvenir douloureux n'ébrèche
pure, dominant le vacarme du monde
la cuisine dans sa chair blanche
de désirs, vit ses rêves hors du gel.

Ici les gens, sans plus le poids de la terre,
arrosent de regards une ville où les hauts immeubles
dressent leurs pierres claires contre un ciel
trop vaste. Vieux cinémas, bars étroits, étals de poissonneries
rues qui se resserrent en ruelles où les pas flottent
et les voix volent au vent comme flocons.

Après tant d'années de guerre
l'illusion vaincue revient
et comme si n'existaient pas de traces où je suis passé
ma bataille ne passe pas et je ne sais pas
si le meilleur droit que j'aie
n'est de combattre et vaincre avec le seul plaisir
celui qui plus fort me combat
ou bien regarder passer l'armée des jours
laisser passer la fièvre
et attendre que tout ce qui m'appartient
se disperse comme fétu au vent, comme poussière de serpolet
se défasse avec moi, s'évapore derrière les coteaux.
....

Claudio Salvagno
(Traduction Jean-Michel Effantin e Vincenza Giordano) 

 Tal,
siu segur que lo clar, l'aura muta
que da l'aut d'aquest matin me gacha
mentre traverso la prima neu
e me tomba dedins la vida
es lo mesme matin que a bufs leva la possiera
e s'enfila dins i tiei pels, mentre traverses lo trafic
sota l'agach di paires perduts arlong i murs
que arparan ren i garrions dai desirs de arvenja.

Son passats quatre tardors, Tal
e un alen que fai guchir i àrbols e marçar l'erba
es remontat finde aicí
aicí ente lo glaç fai l'aiga per tuchi.
Es arrubat lo temps inutil
lo Temps dau Colera.

Non, veio ren nos dreits coma usoards
a far barriera, a far mur ent l’esper
qu’arrube un novel 'nemic. Tant pus
nos veio ren doblats
sot lo det de qualqu'un que nos fague silabar
coma noveis escoliers e que nos ajude a traçar confins
sus un papier já tròp pichòt, tròp escaraboclat
un mestre que nos mostre qualcòsa d’autre
que sie ren la reia de la desbòina que cor
entre la lenga e lo còr.
Nos, sem lo bram bloi de la niula lion
sem la tígria que cor dins la coniugacion dal bial
sem lo gargotear borre de la bronda
l’engan de l’aura d’abril.

Nos sem i levions, siem la porracha
dins i esclarzòles dal bosc.
Esto matin i ties labres dalònh      
l’esluci di tiei uelhs que subit se estup
e laissa morir lo morre ent l’ombra
me venen a querre
dins aquesta casa forestiera
ren entemenaa da recòrds de dolor
genica, auta sobre la vronior dal monde
la foganha dedins sa carn blancha
de desirs, viu i siei sòmis sensa jalat.

Aquí i gents, perdut lo greu de la terra,
bealen d’agachs 'na vila ente caseis auts
leven i sies peires clares contra un cel
tròp larg. Cines vielhs, bars estrenchs, boteies de peisson
camins que se sarren dins i quintanes ente i pas galegen  
e i vòutz son pelons a l’aura. 

Après un barron d’anhs de guerra
retorna l’engan perdut
e coma se i foguesse pas de peaas ente siu passat
ren passa la mia batalha, e sabo ren
se ja eu melhor dreit no aia
qu'ab lo sol depòrt venz'e guerrei
aquel que plus fòrt me guerreia
o gachar passar l’armada di jorns   
laissar passar la freu
e 'speitar que tot aquò qu’es miu
se perde coma oloc, coma possiera de poiòl           
se desface abó mi, s'esvapore darreire i broes.
...

Claudio Salvagno

Nòtas :
Tal Nitzan, poètessa israeliana

Compléments :

samedi 20 juillet 2013

Présence de Charles Galtier - VIII

Nous terminons notre hommage à Charles Galtier par la dernière partie du témoignage de Pilar Blanco. Nous sommes heureux que celui-ci vienne d'Espagne et traduise ainsi le rayonnement de l'homme et de son œuvre au delà des frontières de la Provence.

     ¡Charles Galtier ! ¡Un grand personnage ! ¡Un grand ami ! ¡Un grand écrivain !
Un écrivain qui nous a laissé une œuvre considérable qui parcourt tous les traits du peuple provençal. Grand connaisseur de l’histoire littéraire de ce pays qui a été la source des langues romanes, et comme Mistral, continuateur des troubadours. Il a  plongé chez  Guillaume de Poitiers, Joffre Rudel, Marcabru, … Lou Consistòri del Gai Saber, Pey Garros (celui qui a écrit ces vers : préner la causa damnada  / de nòstra lenga mespresada,/ Per l’aunor deu païs sosténguer/ e per sa dignitat manténguer) et bien sûr Mistral et le Félibrige qui deviendront les nouveaux troubadours. Et après…
Et après tous les poètes et écrivains contemporains que nous connaissons. Galtier s’élève comme un grand poète dans : Lou creirès-ti ? ; Dins l’espero dòu vent ;  La dicho dou caraco
; Tros ; Lis alo de l’auceu,  li racino de l’aubre… Romancier  et conteur dans : S’il reste encore un pas ; Le chemin d’Arles ; Conte dis Aupiho, de Crau e de Camargo ; La Sirène ; Un vin que fai dansa li cabro Auteur dramatique dans : Li quatre set  ; Uno sautarello ; coumèdi en un ate….
Il m’a offert tous ses livres, mais je garde un souvenir particulier pour quatre d’entre eux de petit format qui peuvent s’ouvrir comme un éventail : Comptine de la Pintade ; Un oiseau sur un pommier ; Un et un font deux ; Ah ! Qu’est-il donc arrivé ?
Ce sont des livres curieux. Ils sont écrits sur un papier spécial que M. Galtier n’osa pas souiller avec de l’encre pour me faire une dédicace et il écrivit avec un crayon : « pour María del Pilar Blanco Garcia au nom de la Poésie et de l’amitié »
Dans La Comptine de la Pintade, nous y trouvons le dessin d’une Pintade, d’une chevrette, d’un chien et d’un bœuf, mais dans le texte il y a aussi d’autres animaux qui se mêlent avec des numéros. Ce sont des livres pour bibliophiles.
Grand connaisseur et ramasseur de proverbes, nous nous sommes bien amusés en cherchant les correspondants dans nos trois langues : le provençal, l’espagnol et le français.
Se plòu pèr l’Ascensoun, tout vai en perdicioun - S’il pleut pour l’Ascension, tout va en perdition -  Si llueve por la Ascensión 40 dias seguidos son.
Grand diffuseur de la langue dans ses écrits et dans ses faits. Toujours prêt à recevoir qui que se soit  par l’intérêt de la langue provençale.
Je vais raconter une petite anecdote : quand on devient professeur d’une langue particulière comme le provençal, naît l’envie de pouvoir visiter son territoire avec ses élèves. Durant le cours 1989-1990, j’ai eu un groupe d´étudiants qui s’intéressaient tellement à cette langue et civilisation qu’ils m’ont proposé de nous rendre sur place. Nous étions déjà au mois d’avril et il ne restait que peu de temps pour finir le cours. Aussi je leur ai suggéré de faire le voyage en octobre au début du cours suivant. Ils étaient d’accord. Alors, à Pâques je me suis rendu en Provence pour préparer le circuit que je pouvais faire avec eux afin d’obtenir le meilleur résultat. Comme toujours, j’ai parlé avec M. Galtier, je lui ai raconté le projet et, enchanté, il a contacté pour nous des professeurs de l’Université de Aix-en-Provence en vue d’une rencontre avec mes étudiants.  Ils pourraient leur poser toutes les questions qu’ils souhaitaient sur la langue provençale. Je voulais également, bien sûr, faire une visite à Maillane.
De gauche à droite : Charles Galtier, Pilar Blanco, Madame Cornillon, maire de Maillane, entourés des étudiants de l'Université de Madrid
Je suis rentrée avec le parcours établi. Nous suivrons, plus ou moins, la route de Mirèio. Nous visiterons les lieux les plus importants de la région, Marseille, l’Université d'Aix, Fontaine de Vaucluse, Carpentras, le Musée Mistral, Arles, Nîmes, etc., etc.
Le voyage a été inoubliable pour les élèves, pour les deux collègues qui m’accompagnaient et pour moi, sans aucun doute.
1913-2013, centenaire de la naissance d’un grand homme, d’un grand écrivain, d’un grand ami. Que ces lignes soient un hommage à cet homme, CHARLES GALTIER, qui a aimé, profondément, son territoire et sa langue, qui a été un grand ami de ses amis et surtout un HOMME HUMBLE DANS SA GRANDEUR.

                                                                                                                                        Pilar Blanco

samedi 13 juillet 2013

Présence de Charles Galtier - VII

Pilar Blanco aborde aujourd'hui un aspect de sa relation avec Charles Galtier qui la touche plus particulièrement puisque qu'il s'agit de la traduction qu'elle a faite de l’œuvre de l'écrivain. Il est riche d'enseignements et ouvre sur des écrits à venir :

Sans abandonner le Félibrige, j’ai commencé à m’intéresser aux œuvres de M. Galtier. J’ai même pensé à une deuxième thèse sur son œuvre mais celle-ci n’a pu se faire à cause d’une collègue de la faculté.
J’ai publié quelques articles sur différents aspects de son écriture et traduit Les santons de Provence, publié à Salamanca, puis ses pièces : Li quatre de set et L'aveni is a cacalaus.
Ces deux dernières traductions n’ont pas été publiées pour des questions de droits d’auteur. J’ai parlé avec une troupe de théâtre  qui aurait bien aimé les jouer mais elle aussi était freinée par les droits d’auteur. Je l’ai dit à M. Galtier et il m’a écrit une lettre dans laquelle
pour faciliter les choses il renonçait à ses droits. Cela n’a pas suffi pour convaincre la troupe trop embarrassée par ces problèmes.
Je me suis enrichie avec cette amitié. Quand on a la chance de traduire l’œuvre d’un écrivain vivant, la traduction devient  plus facile. La traduction des noms propres pose toujours des problèmes, il n’y a pas un congrès sur la  traduction sans que cette difficulté apparaisse.
Pour la traduction de Li quatre set je n’avais aucune difficulté : Póquer de siete. Mais j’avais, sinon un problème du moins des doutes pour le protagoniste de la pièce : Nur. Dans la traduction française M. Galtier disait Nheur. Il était clair qu’il s’agissait de la fin de Bonur en provençal et de Bonheur en français. L’équivalent serait en espagnol Felicidad qui en plus du nom commun est un nom propre. Alors j’ai décidé de prendre la première partie du mot : Feli. Mais cette décision pose un problème Feli est le diminutif féminin de Felicidad. Après avoir bien étudié le personnage j’ai décidé de le laisser tel quel. J’ai posé la question à M. Galtier et il m’a dit qu’il était d’accord et qu’au même moment on traduisait cette œuvre en polonais ou en tchèque et en langue anglaise. Il m’a expliqué que pour le polonais ou le tchèque, je ne me rappelle plus, on avait fait comme moi. Cependant pour l’anglais, Nheur était devenu James et il ne savait pas pourquoi. Nous sommes arrivés à la conclusion que probablement le traducteur anglais avait pris la caractéristique de ce personnage bonasse et qu’en anglais elle s’accordait au nom de James.

 La  problématique des traductions des œuvres en langues  minoritaires a toujours été présente dans nos conversations épistolaires et personnelles. Nous avions bien réfléchi sur ce sujet et je suis convaincue que ces réflexions deviendront une grande contribution pour les traducteurs quand je pourrai extraire et rassembler ce qui est en rapport avec ce sujet dans chacune des lettres que j’ai de lui.
Plus de trente ans à deux lettres chaque mois, parfois plus, ça donne une quantité considérable de lettres qui sont passées progressivement du plan professionnel, au plan amical et personnel. 
                                                                                                                                   Pilar Blanco

samedi 6 juillet 2013

Présence de Charles Galtier - VI

La suite du témoignage de Pilar Blanco nous montre le rôle joué par Charles Galtier pour mieux faire connaître l’œuvre de Mistral et la poésie provençale contemporaine. Nous apprécions ce sens du collectif chez un écrivain qui aurait pu s'en tenir à la diffusion de ses propres écrits :

Le mois de juillet, nous nous sommes retrouvés à Maillane chez Mistral. M. Galtier m’a laissé voir et étudier l’original de Nerto. J’ai pris des notes. Je ne pouvais tout faire dans un mois et M. Galtier m’a dit alors de revenir autant de fois que j’en aurais besoin.
Je l’ai fait plusieurs fois, toujours en profitant des vacances de Pâques et de l’été. Un coup de téléphone suffisait pour que M. Galtier arrive dans sa voiture à Maillane. Mon travail fini, je lui ai écrit pour le remercier de son inestimable aide mais notre relation épistolaire restait limitée aux vœux de Noël et de Pâques.
J’ai défendu ma thèse en 1980. Quelque temps plus tard, j’ai reçu une lettre de M. Galtier me demandant ce qui était arrivé avec mon travail. Je le lui ai dit et il m’a demandé un exemplaire de ma thèse. À partir de ce moment a commencé une relation épistolaire intense.
De cette relation est sorti un de mes travaux destiné à mes élèves : une anthologie de poètes provençaux du XIXème et XXème siècle. Georges Reboul, René Méjean, René Jouveau, Léon Isnard, Pierre Millet, Fernand Moutet, Jean-Calendau Vianès, Emile Bonnel, Max Philippe Delavouët, Charles Bladier, Marcel Bonnet, Jean Pierre Tennevin, Sergi Bec, Henry Féraud, Michel Courty et Arleto Roudil. Grâce à M. Galtier tous ces auteurs font partie de mon anthologie publiée en 1988, par l’Editeur Coloquio à Madrid. Elle est aujourd’hui épuisée.


Mon projet était de  mettre en relief comment à partir de Mistral et des Félibres, cette langue continuait à avoir une littérature vivante et avec des sujets actuels comme n’importe quelle autre littérature. Je voulais mettre en valeur des littératures en langues minoritaires et surtout en provençal qui avait permis à Mistral d’obtenir un prix Nobel. Pour la publication des textes de Félibres je n’avais aucun problème, je ne devais pas payer de droits d’auteur, mais pour les écrivains du XXème siècle, c’était différent, et je n’avais pas d’argent pour les payer. M. Galtier m’a dit : "ne vous inquiétez pas". Quelques jours plus tard j’ai commencé à recevoir des lettres et des poèmes pour mon anthologie : Bruno Duran, Pierre Rouquette, Charles Mauron (par Claude Mauron et Mme Mauron),  Henriette Dibon,
À partir de ce moment, j’ai remercié tout le monde et commencé à recevoir de nouvelles œuvres de plusieurs de ces auteurs.
M. Galtier a été le protagoniste de cette histoire, il aimait tellement la langue provençale qu’il n'hésitait pas à apporter de l’aide à qui le lui demandait.
Moi aussi, j’aime la langue provençale et je me suis dévouée à elle pendant ma vie universitaire (1975-2013) qui finira au mois de septembre de cette année. (Mais je n’arrêterai pas là, je vais continuer d’une autre manière).
J’ai repris mes voyages en Provence à partir de 1983, lorsque ma petite dernière a eu  trois ans. Et dans ces voyages nous avions une visite qui était prioritaire : Eygalières. Là il nous attendait, toujours bras ouverts, M. Galtier chez lui dans son jardin d’oliviers, ou bien dans son bureau.

                                                                                                                             Pilar Blanco