Des hauteurs de la Provence s'envolent pensées et créations d'aujourd'hui

samedi 28 mars 2015

Le souvenir de Jean Bouhier

En cette période du Printemps des poètes je souhaiterais me souvenir de Jean Bouhier. En fondant l’École de Rochefort en 1941, il contribua à sa manière à un printemps de la poésie puisqu'il permit à toute une génération de poètes de reprendre espoir et de faire couler une eau neuve dans la poésie française.

Jean Bouhier dans son bureau-bibliothèque de Six-Fours-les-Plages

Ce souci du collectif, Jean Bouhier le garda toute sa vie. Il avait à cœur de défendre une conception de la poésie fondée sur la fraternité entre les humains. Il accorda ainsi une place importante à l'amitié qu'il vécut non seulement avec ses pairs mais aussi avec les plus jeunes. C'est ainsi que j’eus la chance de l'approcher et de partager avec lui un peu de son expérience poétique.


Le livre d'entretiens que j'ai réalisé avec lui a eu pour but de la fixer sur la page afin de la diffuser plus largement. Par quels chemins devient-on poète ? Comment écrire un poème et le publier ? Qu'est-ce que vivre en poésie ? furent quelques unes des questions abordées dans cet ouvrage. L'idée était avant tout de transmettre une expérience poétique ne pouvant se construire ex nihilo.

Compléments :

samedi 21 mars 2015

Max Rouquette parmis nous - III

J'ai tardé à rendre compte du merveilleux travail que réalise l'Association Amistats Max Rouquette. Ma dernière chronique concernant les cahiers Max Rouquette remonte à 2012. Entre temps deux numéros ont paru.


Ce cahier d'une densité exceptionnelle et d'une iconographie particulièrement réussie, a pour axe central le rôle joué par Max Rouquette dans la transmission de la langue et de la culture occitanes. Monique Bernat apporte son témoignage sur la période 1936-1946. Yves Rouquette, que nous avons eu la douleur de perdre en ce début d'année, évoque quant à lui les années 1950-1960. Sont présentées ensuite toutes les initiatives pédagogiques que Max Rouquette a accompagnées ou inspirées. C'est André Clément, Jean-Louis Blénet, Marie-Jeanne Verny et Frédéric Figeac qui nous font part de leurs réalisations en la matière. Celle de Frédéric Figeac avait d'ailleurs été présentée dans ce blog. Vient ensuite une partie consacrée à la jeune génération de poètes et d'écrivains de langue d'Oc et à ce qu'elle a reçu de Max Rouquette. Les textes sont signés de Philippe Gardy, Jean-Paul Creissac, Jean-Claude Forêt, Jacques Landier et Bruno Martin.
Mais ce numéro ne se limite pas à ce dossier. Il parle aussi de la réédition de Vert Paradis chez Actes Sud, de la relation entre Félix Castan et Max Rouquette, des derniers livres de Frédéric-Jacques Temple et Jean Larzac et pour finir du petit monde vert de la Garrigue chez Max Rouquette.


Ce numéro publié l'année du centenaire de la mort de Frédéric Mistral ne pouvait faire l'impasse sur le fondateur du Félibrige. Un dossier intitulé "Mistral l'incompris" lui est consacré. Il contient un texte inédit de Max Rouquette qui nous dit sa manière de considérer "Mistral au présent". La relation entre les deux grands poètes est ensuite analysée par Jean-Frédéric Brun. Auparavant Frédéric-Jacques Temple a rappelé le rôle de l'auteur de Mireille dans la renaissance de la littérature d'OC. Roland Pécout quant à lui s'intéresse à "Frédéric Mistral, les mariniers du Rhône et le sacré".
Un deuxième dossier concerne François Dezeuze L'Escoutaïre. C'est lui qui avait accueilli les premiers textes de Max Rouquette dans son journal montpelliérain La Campana de Magelona.
D'autres rubriques complètent ce cahier d'une égale richesse au précédent. L'actualité dont il rend compte autour de l’œuvre de Max Rouquette ne cesse de se renouveler. A noter aussi les pages consacrées à Portulan, ce livre majeur de Roland Pécout.

Complément :
- La commande de ces Cahiers n° 7 & 8 peut se faire directement sur le site de l'association : http://www.max-rouquette.org/cahiers ou en écrivant à :  Association Amistats Max Rouquette, 2 rue de l'Ancien Courrier, 34000 Montpellier. Le prix d'un Cahier est de 20 €.

samedi 14 mars 2015

Le poème en prose

Lorsque j'ai démarré ce blog en 2010, j'ai tenu à rendre hommage à Louis Guillaume et j'ai parlé à cette occasion de l'association qui rassemble ses amis pour entretenir le souvenir du poète et de son œuvre. Celle-ci vient de consacrer ses deux derniers carnets au poème en prose auquel Louis Guillaume voua une partie de son écriture et de sa réflexion.



Dans ce premier carnet sont réunis les actes d'un colloque organisé à La Maison de la Poésie de Paris le premier décembre 2012. Il rassembla plus de cent-trente auditeurs et fut un succès. Hughes Labrusse y parla du "poème en prose, variations et modernité", Jean-Claude Martin y tenta de répondre à la question "Qu'est-ce qu'un poème en prose ?", Gabriel Althen développa le thème "Le poème et la prose ou La poésie du poème en prose" enfin Gérard Bocholier traita de "Vers et prose". Ces interventions furent entrecoupées de lectures de poèmes en prose choisis par les participants, par exemple de Jacob Böhme, Raymond Lulle, Édouard Glissant ou encore James Sacré. Une table ronde réunissant Nicole Brossard, Paul Farellier, Max Alhau et Jeanine Baude clôtura cette belle journée dont Sylvestre Clancier assura la synthèse.


Le deuxième carnet a pour ambition de traiter du poème en prose contemporain. Jeanine Baude qui préside l'Association des Amis de Louis Guillaume rappelle en ouverture qu'"à l'infini le poème en prose reste contemporain" et "se propose à notre "chair" de vivants, s'incruste dans nos cellules, soulève notre peau de lecteur, l'aère de son chant".
Joëlles Gardes s'est chargée de la présentation de cette riche anthologie qui est organisée autour de six chapitres : La cause des mots, Passagers du monde, Ironies du sourire intérieur, Les corps - L'autre et l'un, A l'écoute des choses et du paysage, Méditants du sombre et rassemble plus de soixante-dix auteurs.
 Elle conclue ainsi "Mallarmé voulait "creuser le vers" pour creuser la langue, le poème en prose tente directement de creuser la langue, sans guide autre qu'une exigence de poéticité toujours menacée, la nécessité de faire parler la nuit, et de donner la parole à l'autre silencieux en nous" tout en laissant le dernier mot à Louis Guillaume lui-même qui écrivait : " Je commence à le connaître, cet intrus qui déjà rêve en moi. Mais ne serait-ce pas moi qui rêve dans le sommeil d'un autre ?".

Complément : 

samedi 7 mars 2015

Approche de Mallarmé

Stéphane Mallarmé (1842-1898) reste un poète difficile à aborder et continue à être considéré comme hermétique. Grâce à un film tourné par Eric Rohmer dans les années soixante, aujourd'hui disponible sur Youtube, nous pouvons en avoir une première approche qui facilitera l'entrée ultérieure dans son œuvre. Dans son livre Pays parisiens paru pour la première fois en 1932, Daniel Halévy qui l'avait eu comme professeur au lycée Condorcet écrivait à son propos : " Il y avait autour de mon professeur une auréole de gloire errante et de magie. Ce renseignement aurait été pour moi de nul effet, si réellement Mallarmé n'eut été un être magique Or, cela je le sentais bien, et mes camarades le sentaient aussi, car les enfants, bien plus que les grandes personnes, sont sensibles à la magie".


C'est le comédien Jean-Marie Robain (1913-2004) qui incarne Stéphane Mallarmé. En 1947, il s'était fait remarquer en interprétant le rôle de l'oncle dans l'adaptation cinématographique par Jean-Pierre Melville de la nouvelle de Vercors Le Silence de la mer. Jean-Pierre Melville, passé lui-aussi mais bien plus tard par le lycée Condorcet...

Compléments :